mardi 12 octobre 2010

Ecorces d'octobre

Je remarque que je ne vous ai pas donné de mes nouvelles depuis quelques semaines… 

Il faut convenir d'une chose, l'été a été chaud et beau, deux très bonnes raisons pour flâner, dormir, dormir et dormir. Puis est arrivée la rentrée avec ses grosses bottes en caoutchouc et du coup, finis le farniente et les cônes givrés, bonjour le retour au boulot et son métro. Pris dans son costume de travailleur mal ajusté, on se met à s'agiter en tous sens, croyant vainement - crédules que nous sommes - être capable de rattraper le retard accumulé ces trente dernières années et, après deux à trois nuits à se réveiller en tapant sur le matelas comme sur un clavier d'ordinateur, Chaplin en rit encore! on réalise que finalement on se mettrait bien en vacances prolongées… Cela, on le sait, est chose impossible mais par contre une pause régulière est elle de mise. 

Donc parlons peu mais parlons bien, voici en images et en mots un résumé de ma trépidante vie de parisienne :

A comme artistes peintres, sculpteurs et dessinateurs rencontrés au GMAC 2010.


B comme les bottes à clous que je mettrai bien volontiers dans le c… de quelques voisins qui prennent le hall de l'immeuble pour une salle des pas perdus.

C comme dans le carnet de voyage que j'ai commencé à inventer sur MON Paris.
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154431140879223870.jpg

E comme érotisme vu comme source d'inspiration et rapport au monde des formes.
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154431140879223871.jpg

F comme FUIR!

G comme la grenouille à grande bouche qui ne sait pas ce qu'elle vient faire là, mais qui est ravie quand même !

I comme dans les idiotismes, locutions verbales imagées, sur lesquelles je me suis penchée récemment…
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154431140879223872.jpg 
Hannah et Anna dans Blanc Bonnet et bonnet blanc.

K comme dans Kitano et son exposition délirante, colorée et interactive à la Fondation Cartier que j'ai eu le plaisir de visiter. Sacré gosse de Peintre!
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154471140879223879.jpg*1  
 
M comme Michaux. Henri Michaux, poète, peintre et dessinateur d'origine belge dont je découvre par fragments l'oeuvre poétique et notamment “Plume”.
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154481140879223885.jpg*2


N comme dans les natures mortes que l'automne sème un peu partout pour peu qu'on s'attarde sur le chemin…
 
O comme dans Thomas Ott, artiste suisse spécialisé dans la bande dessinée sans parole sur carte à grattée dont la Galerie Martel a proposé une présentation remarquable au mois de septembre.


http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154491140879223887.jpg*3


P comme dans Photoshop, logiciel de retouche d'images que j'utilise de plus en plus régulièrement pour des mises en couleurs de dessin au trait et sur lequel parfois, je m'énerve un peu.
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154441140879223874.jpg

S comme dans les souvenirs dans lesquels je me noie… parfois.
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154441140879223875.jpg


W comme Winschluss dont je découvre il y a quelques jours le travail atypique au travers du film Villemolle 81, projeté au Point éphémère dans le cadre de l'exposition organisée par E.M. Meroll, les éditions Les Requins Marteaux et Arts Factory.
 
 http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154481140879223886.jpg *4

Crédits photographiques:
1- Office Kitano Inc.
2- Universal Photo pour les éditions Poésie /Gallimard
3- Galerie Martel
4- Winschluss

lundi 26 juillet 2010

Dessins de Presse et musiques Rock

Pour la sixième édition du Festival Terres du Son, je participe en qualité de journaliste illustratrice  aux côtés de mon compagnon Thomas au projet de petit journal Parlons Zen. Le projet ? Ecrire et dessiner pour le petit journal qui sera distribué quai le jour même, dessiner sur le vif donc, c'est-à-dire dans l'ambiance des concerts, avec la foule autour de soi et les artistes tout près. Habituée à travailler en atelier, j'opte pour la captation sur le terrain mais je diffère la réalisation de mes productions. Je boucle mes projets d' illustrations à temps !

parlonszen09072010.jpg 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271247281140879223997.jpg http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271247281140879223998.jpg 

Des tronches au feutre et feutre pinceau pour illustrer une belle ambiance de festival, des compositions à l'encre Colorex et à l'aquarelle pour mettre en scène la personnalité du groupe de trip-hop Morcheeba et la singularité du chanteur de soul romantique TéTé.  J'avais carte blanche, la seule consigne : faire ce que je sais faire, des visages, des portraits, des compositions singulières. Pari tenu ? 

vendredi 23 juillet 2010

Attention “Les Bouboys” débarquent !


bouboys.jpg

Il ne vous reste plus que deux jours pour découvrir absolument les “BOUBOYS, exposés dans la boutique Xuly Bët à Paris. BOUBOYS, néologisme issu de la contraction de "boubou" et de "B-Boys”,  s'applique à une première série de portraits réalisés par deux artistes, Elodie et Delphine, graphistes, illustratrices et “artisans” de l'image et qui forment Le Quartier général

Sur du “papier ordinaire“, elles mettent en scène des personnages imaginaires, tous d'origines africaines. Jeunes et virils,  ils posent dans des vêtements et des attitudes caractéristiques de la culture Hip-Hop. 

L'originalité de ce travail repose sur plusieurs éléments : tout d'abord, les deux artistes travaillent uniquement avec des feutres de couleurs pour dessiner ces hommes et leurs tenues aux motifs bigarrés, fouillés et riches, utilisent des grands voire de très grands formats de papier tout simple, enfin et surtout,  elles associent de manière singulière la culture Hip-Hop et  la tradition africaine. Elles font le pont entre ces deux orientations différentes, qui se rejoignent pourtant sur des questions comme l'apparence, le corps et sa glorification de ce dernier

Elles poursuivent actuellement leurs recherches  en Amérique latine autour de ce qu'elles appellent déjà les “LOS CORAZONEGROS, “qui s'intéressent spécifiquement à la communauté afro-péruvienne.  Une présentation de ce second volet est prévue pour octobre 2010. 

Pour voir les BOUBOUYS :
Boutique XULY.BËT
95, boulevard Beaumarchais - Paris 3ème - M°: Saint Sébastien Froissart
Ouvert de 11h à 19h30  - Tél. : 01 42 71 25 01

vendredi 18 juin 2010

Avis aux fans de mode ethnique et de dépaysement

Courez les 18, 19 et 20 juin 2010 à l'Espace des blancs manteaux dans le 4ème arrondissement. Pendant ces trois jours, venez découvrir les nouvelles tendances de la Mode venues d'ici et d'ailleurs, au prochain Labo Ethnik, et vous procurer le petit truc en plus et inédit pour être la plus belle (ou le plus beau.)
 
infomodeethnic2.jpg

L'entrée est gratuite. Au programme : défilés de mode, expo-vente de bijoux, d'accessoires, de vêtements, de mode bio… pour les filles et les garçons.
Votre chroniqueuse préférée ne pourra pas venir, mais j'accepte les témoignages de celles ou de ceux qui auront eu le temps ou la curiosité d'y  aller et voudront s'exprimer sur cet évènement. Contactez-moi via la boîte du blog pour que je publie vos avis. Commentaires idiots s'abstenir, merci.
 
infomodeethnic.jpg

Pour plus d'infos sur le Laboratoire sur : www.afrikevents.net

Informations pratiques sur l'Espace des blancs manteaux :
 
95481.jpg
Espace Blancs Manteaux
48 rue Vieille du Temple
75004 Paris
Tel : 01.44.54.75.79
Métro : Saint-Paul / Hôtel de ville

Bonne visite et… bon shopping!

lundi 7 juin 2010

Le marché d’Art et de la Création de Montparnasse

Situé sur le boulevard Edgar Quinet dans le 6ème arrondissement de Paris, juste en  sortant de la bouche de métro du même nom, on trouve tous les dimanches de 9 à 19 heures des étals sympathiques et colorés. Là, s'exposent dans la bonne humeur et la patience, des artistes de toutes disciplines.

blogami8.jpg

On y rencontre des portraitistes, des paysagistes, des dessinateurs, des sculpteurs, un chapelier, et une maquettiste… Mais aussi à d'autres moments - le marché compte des permanents et des occasionnels tous sélectionnés par une commission - des céramistes, des photographes  et d'autres plasticiens également… Tout un programme.
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/28/1112281116011140879227115.jpg

Les créations en tous genres, de tendances très actuelles… sans être trop déco, sont à la portée du porte-monnaie. L' accueil est chaleureux, très chaleureux chez certains, et le marché se savoure en traînant gentiment les pieds, les yeux et le coeur ouverts. Un lieu discret et sans chichi à vraiment découvrir.

Mon choix du jour : les vitrines miniatures empreintes de nostalgie de Chloé, le joyeux délire coloré et hétéroclite de VBRAIN, la douce folie de l'illustrateur et peintre  Robert Gaillot et la poésie de métal de Sarah François.

D'autres infos ici.

vendredi 4 juin 2010

Story-board, dessins et crises de tête

En ce moment, aux ateliers des Beaux-Arts de la ville de Paris, vous pourrez voir plein de choses, de l'expression picturale libre, du modèle vivant coloré, de la sculpture “classique” et plus audacieuse toute en fil, en plâtre et en matériaux divers, des petits films d'animation, des gravures  sur bois et sur métal…. Je le sais, car j'y suis allée aujourd'hui, et en plus je suis élève là-bas, alors je sais de quoi je parle. Donc, parmi toutes ces intéressantes productions d'élèves de tous niveaux et de toutes influences, vous pourrez aussi voir ceci :
 
planchelematouter1.jpg

Mais qu'est-ce, très Chère, que tout ceci ? me direz-vous.  Il s'agit d'une planche pour l'illustration de la chanson Le matou de Steve Waring .  Attention, il ne s'agit là que d'un exercice dans le cadre d'un cours consacré au “story-board” ou comment mettre en scène un texte de son choix de manière sympathique, claire et un peu originale, quand même! Une jolie manière de se mettre en bouche et de se prendre la tête, car je vous avoue qu'il y a eu des crises de larmes et des angoisses, cette année, avec des envies de tout envoyer dans le décor !… Heureusement, je sais aujourd'hui que ça va durer toute ma vie, pire je vais aimer ça! Voilà une certitude rassurante, n'est-ce pas?!

planchelagrenouilleter1.jpg

L'avenir nous dira si cette  expérience-ci , à savoir mon interprétation de la fable de Jean de la Fontaine intitulée La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf, deviendra. En tout cas, j'ai beaucoup appris sur mes tics, mes obsessions graphiques, mon humeur versatile et surtout, surtout, sur mes différentes ressources pour rendre toutes les possibilités du lien texte-image, qu'il s'agisse de bande dessinée, de conte, de fable, de chanson ou de poésie… Parce que le story-board, c'est une technique, une présentation, mais c'est aussi un moyen pour ordonner le joyeux bazar qu'on peut avoir dans la tête quand on se lance dans l'illustration d'un texte qu'on adore, ou une béquille pour choisir une composition qui rende toute la profondeur du texte ou  toute sa simplicité, aussi… Un champ de questionnements infini.
 
Vous pouvez encore voir toutes ces productions demain, samedi 6 juin de 15h à 19h. Précipitez-vous, ne serait-ce que pour admirer la sensibilité et la pertinence de mon boulot, tout de même… et celui des autres aussi, bien sûr, bien sûr!… Enfin….

vendredi 16 avril 2010

Ema et Thomas s’exposent au GMAC de Bastille




Pendant cinq jours, Place de la Bastille, Ema sous son pseudonyme eddie moustache et Thomas présenteront au public "Pot-pourri", une sélection de leurs travaux graphiques et plastiques, aux côtés de prés de 500 autres artistes venus de partout.

 
Ainsi, au stand n°31 des Premières Expos, vous pourrez découvrir et acquérir des productions issues de leur jeune activité d'illustrateurs et de plasticiens: dessins, collages, productions numériques, peintures et techniques mixtes…
 
marchdart.jpg 
 © thomas cloué

Place de la Bastille - Paris
Vernissage le jeudi 29 avril de 17 à 22 heures.

A bientôt.

mercredi 10 mars 2010

Deux figures anthropomorphes et zodiaque


http://nsm05.casimages.com/img/2012/01/03/1201030343011140879251645.jpg

Recherches de personnages à l'occasion de l'atelier d'illustration animé par Kitty Crowther sur le thème du calendrier et des signes astrologiques : deux versions de la représentation du signe de la Vierge réalisées au feutre et au feutre pinceau. 2010.
 

http://nsm05.casimages.com/img/2012/01/03/1201030346321140879251666.jpg

Au cours de cet atelier que j'ai suivi épisodiquement, j'ai pu expérimenté d'autres idées comme le dessin quotidien qui pratiqué avec sérieux - et avec un maximum d'ouverture d'esprit - peut se révéler très instructif.

jeudi 28 janvier 2010

Les deux faces du Baobab

Un essai pour l'illustration du thème de l'arbre sous la forme d'un petit livret-cadeau à l'occasion du prix Baobab décerné à l'illustratrice pour la jeunesse Kitty Crowther, au Salon du livre et de la presse pour la Jeunesse de Montreuil 2010.

Baobab (Variations)

baobab.jpg 

Dépliant  -  8 x 16 cm
Encre de Chine sur papier chinois et Aquarelle sur papier aquarelle fin
2010.

vendredi 8 janvier 2010

Kiki Lamers et ses portraits d’enfants

L'Institut néerlandais installé au 121 rue de Lille dans le 7ème arrondissement à Paris, propose de voir une vingtaine de portraits de l'artiste néerlandaise Kiki Lamers, consacrée par le prix Jordaan-van Heek . Ce prix créé en 1996  par la fondation du même nom a pour but de soutenir et de stimuler la culture et l'art néerlandais.
 
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27/1112271154471140879223878.jpg

Ne connaissant pas du tout cette artiste ni ce prix, je  suis allée voir cette exposition pour le sujet, le portrait,  et cette impression bizarre de proximité et de distance, de matérialité et d'icône, que m'avait laissée une photo de son travail, vue dans un journal.

Ici,  ce ne sont pas des représentations d'enfants jouant à être ou à paraître des enfants. Non, à mon sens, K. Lamers traite son sujet comme un sujet d'abord, c'est-à-dire comme une suite de choix esthétiques. Ce sont des portraits d'enfants  certes, mais on ne peut passer à côté des couleurs utilisées.  Souvent des camaïeux clairs ou des couleurs très sombres, elles ont quelque chose d'étrange et d'étranger, avec notamment des roses iridescents. 

On ne peut pas ignorer non plus cette touche gracieuse et douce qui rend les enfants à la fois présents et absents, entre réalisme photographique et travail de mémoire. Ce sont des représentations en plans rapprochés, aux cadrages soignés, des gros plans aussi. Kiki nage dans les eaux de l' hyperréalisme sans pour autant jamais vraiment le servir parfaitement.

Sur un plan plus personnel, cette galerie de portraits m'a troublée : est-ce dû à la taille monumentale des tableaux sur lesquels des enfants posent simplement, ou à l'expression  dans leurs regards à la fois si captivante et peut-être… dérangeante, ou encore à cette absence de pudeur que j'ai crue y voir,  ou bien alors  à la manière dont  l'artiste néerlandaise assume son sujet de prédilection?

A vite découvrir, juste pour se faire sa propre opinion, jusqu'au 24 janvier 2010.