samedi 19 mai 2012

Interlude : Appel au vote... plus que deux jours!

Presque trois mois sont passés au cours desquels le blog Haaa les livres de fesses* a accueilli les créations d'artistes-illustrateurs-graphistes de tout poil autour d'un évènement graphique original et décalé baptisé "Les Erections providentielles". Les bonnes choses ayant une fin, voici le moment de choisir la candidate ou le candidat qui représente pour vous la meilleure tendance érotico-politique. Attention! Plus que deux jours!
 
*Ce blog est réservé à un public majeur.

appel-a-voter.jpg

Alors, bon vote sur sur Haaa les livres de fesses!

jeudi 17 mai 2012

La faute à Louison (Conte violent)

Angelo a épousé sa femme parce qu’il n’aime pas faire le ménage ni la cuisine. En plus c’est un radin. Il trouve toujours que tout est trop cher quand il ne s’agit pas de dépenser pour lui-même.  Sa femme, Louison, il l’a choisie, petite, pas incommodante et sans famille. Elle ne lui coûte pas cher car elle n’est pas coquette. Enfin, elle était au début, avant leur mariage, mais elle ne l’est plus depuis. Angelo est un commercial, un bon, d’un genre  « requin » comme on dit. Il sait convaincre, alors il a convaincu sa femme qu’elle n’aurait plus besoin d’être coquette une fois mariée. Il n’y a que les traînées qui ont besoin de lingerie, lui avait-il dit, le soir de leur noce en lui arrachant sa belle robe en dentelle faite à la main.
*  

Leur maison, Angelo l’a récupérée d’un copain qu’il a croisé en tôle. Comment ? Seul Angelo le sait exactement. C’est un malin. La mère de son pote, une vieille dame bavarde et charmante, qui n’a qu’un seul défaut, l’alcool, il a un peu travaillée. Depuis la mort de son mari, elle boit, tellement que c’est comme qui dirait, la bouteille qui la tète. Donc, quand Angelo lui a proposé un moyen de vivre une existence plus simple comme elle le méritait, une bien belle retraite avec vue sur la mer, ça n’a pas fait un pli. La vieille a bien compris que c’était pour son bien quand il lui a parlé tout près du visage, avec les doigts serrés autour de son cou de poulet, de la petite retraite ensoleillée. Angelo est comme ça, c’est un altruiste.

Pour le mobilier, Angelo a expliqué cent fois à sa conne de femme que c’était fourni avec la maison. Louison, qui remercie tous les jours le bon Dieu de lui avoir donné quelqu’un pour s’occuper d’elle, a fini par s’y faire, à la vieille commode d’avant-guerre, au papier peint qui recouvre le couloir de fleurs cauchemardesques et au plancher taché qui grince. Côté entretien, Angelo se félicite régulièrement de son acquisition. La meilleure quand il songe à Renée, Valentine, Dominique et Brigitte, des filles hargneuses, pas fichues de rester à leur place devant les invités et de tenir un intérieur correct.
 
*

Louison, quand elle est seule, ce qui lui arrive assez souvent, tricote et coud. 

Dans l'antique maison qu’elle a réussi à rendre propre et claire, elle chante en repassant, danse devant ses vitres éblouissantes... Elle n’a qu’un seul regret : la peinture. Au début de son mariage, elle avait commencé à prendre des cours dans l’atelier d’un artiste. Il avait d’emblée soutenu la jeune femme dans ses expériences, car il la trouvait douée. Mais, il arrivait parfois à Louison d’oublier l’heure et d’être en retard à la maison pour le dîner de son mari. Angelo préférait crever de faim que d’ouvrir une boîte de ses propres mains ; les femmes étaient fabriquées pour prendre soin de leur mari, bon sang ! Quand Louison rentrait, elle le trouvait assis dans le couloir, un verre de whisky à la main, les sourcils froncés et la bouche agitée de tics mauvais.

Elle se mettait vite à l’ouvrage en se massant les fesses.

Louison peignait autant que son mari le lui permettait, profitant de ses absences pour cultiver son petit jardin. Ces moments devinrent de plus en plus rares, parce que, très vite, Angelo se mit à rentrer n’importe quand, sans s’annoncer, pour la surprendre en train de « faire sa maligne. »  Lorsque son mari taillada au cutter le tableau qui lui avait valu le premier prix au Salon des beaux-Arts municipaux, Louison se fit une raison. Rien ne devait contrarier son mariage. Elle mit fin à ses cours, jeta toiles, pinceaux et tubes de peinture aux encombrants.


*

Le couple voulait des enfants. Enfin, Louison voulait des enfants. Une progéniture nombreuse assurerait la solidité du couple. C’était le ciment indispensable à l’édifice conjugal. Aussi s’évertuait-elle  à créer des situations propices aux câlins et collectionnait-elle les livres sur la maternité.
Angelo était type vilain qui dépensait beaucoup pour paraître séduisant et sortait danser souvent. Il rentrait au petit matin, puant et mal embouché. Il se jetait sur son épouse comme une bête fauve, avant de lui vomir ses nuits dévergondées sur les fesses et s’endormir, la laissant choquée et frustrée.

Si elle enfantait quelque chose un jour, ce serait un monstre.

Pour son plus grand bonheur, Louison tomba enceinte cinq mois après leur mariage. Quand elle le lui apprit, il n’était plus question d’avorter. La jeune femme ne voulant pas jeter le mauvais œil sur la chair de sa chair, elle avait préféré attendre son cinquième mois. Angelo parut surpris, cette grossesse, il ne l’avait pas remarquée. Il avait bien vu que sa femme avait changé, cette lumière nouvelle dans ses yeux... Il avait bien soupçonné quelque chose de différent, sans réussir à déterminer quoi. Il s’était fait des idées qui le tenaient éveillé certains soirs, qui lui faisaient rater des rendez-vous d'affaires importants et besogner sa femme, par devoir, avec de la haine dans les yeux. 

Tout était prétexte à se mettre en colère et à la bousculer. Tout.  Donc, la nouvelle lui fit un choc. Il ne s’y attendait pas à celle-là !


Angelo ne travaille plus. C’est lui qui aurait claqué la porte au nez de « cette bande de chiens de négriers ». On ne vire pas Angelo, c'est lui qui vire les autres! Et, il avait bien assez bossé pour se reposer un peu.  
 
Ses journées, il les passe vautré dans le canapé à regarder des émissions débiles à la télé. Quand vient le soir, il mate des films cochons jusqu’à très tard en s’astiquant le manche. Sinon, il traîne avec des potes mal terminés juste devant la porte-fenêtre qui donne sur le salon, histoire de pouvoir suivre les faits et gestes de sa femme. Ou alors il part et revient une semaine plus tard sans mot d’explication, la haine dans les yeux et la main lourde.
 
Louison a grandi avec une mère cyclothymique, elle a l’habitude des natures humaines complexes et fragiles. Elle se dit qu’à la naissance de leur enfant, Angelo se calmera, s’apaisera… Ils seront une jolie famille paisible et comblée…. Elle songe même à reprendre ses études en psycho… Deux paies ne seront pas de trop, se dit-elle, en riant.

*

La gifle qu’elle vient de se prendre, celle-là elle l’a pas volée.
 
"Mais… qu’est-ce qui t'fait sourire, sale traînée?! Tu crois que j’sais pas c’que tu vas faire?! "
 
Louison ne comprend pas. Elle était là, assise devant sa table de cuisine à rêver. Elle n’a pas entendu son mari approcher. Elle cherche… pourquoi riait-elle au fait ?
 
" Tu crois que j’sais pas c’qu’on dit dans mon dos. Mes potes-là, ils t’observent… "
 
Louison cherche de quoi peut bien parler son mari.  Elle sort juste pour faire ses courses hebdomadaires, va à la Poste tirer du cash et au Lavomatic parce qu’Angelo trouve que les vendeurs de machines à laver « c’est rien que des fumiers de voleurs ! » Elle ne fait plus les marchés de peur de croiser son ancien professeur… Non, rien de bizarre à son existence de petite ménagère solitaire. Elle ne connait quasiment personne ici,  elle n’est pas du coin. Elle a tout quitté pour suivre son mari et pour rendre soin de lui.
 
Louison riait comme ça, sans s’en apercevoir, sans percevoir le regard dilaté d’Angelo posé sur elle.
 
"J'vais t’appendre, moi, à te foutre de ma gueule… " Il disparait dans le couloir.
 
Louison a l’habitude des accès de violence de son mari, elle connait les conséquences des  mots qu’il emploie dans ces moments-là. Il frappe, n’importe comment, fort, pour que ça fasse mal et que ça se voit. Il frappe pour qu’elle sente à quel point elle est une femme mauvaise et récalcitrante, pour qu’elle comprenne enfin. Il frappe pour que ça rentre bien dans sa caboche de "pintade".

* 

Quand elle était enfant, sa mère lui parlait de la violence des hommes, lui disant qu’il fallait laisser passer la tempête pour profiter d’une formidable éclaircie, comme si c’était le Jugement Dernier. Elle disait aussi que les hommes étaient comme ça, d’une nature terrible, mais qu’avec de l’amour et de l’attention, toute femme aimante était récompensée.
C’est pour ça que Louison sait que derrière le visage du Malin que porte son mari, il y a un ange apeuré qui se cache. Elle sait que le coeur malade de l’Angelo qui tient à la main le ceinturon en cuir fendillé qu’il tient de son père, peut guérir. C’est sûrement pour cela qu’elle supporte cette violence subite, sinon Louison est folle à lier.
La jeune femme cherche en vain, essaie de trouver quelque chose à dire, se force à mentir, mal, ce qui n’arrange rien. Angelo frappe, frappe, et frappe, persuadé qu’il est né pour discipliner, corriger, redresser, éduquer. Il a le visage couvert de sueur, son poignet lui fait un mal de chien, il s'est coincé un muscle dans le dos, pourtant, il frappe, frappe et frappe, pour la faire sortir ... cette fureur... Louison ne crie plus depuis longtemps, protège du mieux qu’elle peut ses entrailles… jusqu’à l’éloignement du cyclone et attend… que la vie poursuive sa route.
 


© ema dée

mardi 8 mai 2012

Métamorphoses et salle obscure

Des histoires qui malmènent le Corps et la Nature.

Je trouve que le cinéma d’hier comme celui d’aujourd’hui offre de beaux exemples de « métamorphoses ». Par exemple, chez David Cronenberg, un homme après s’être télé-transporté grâce à une invention géniale, se change lentement en mouche... Dans Mimic de Guillermo del Toro, un insecte baptisé Juda, fabriqué en laboratoire pour enrayer une épidémie tueuse d’enfants, imite son plus grand prédateur, l’homme... Une femme, persuadée de descendre d’une lignée de femmes maudites, craint de se changer en panthère nous raconte Jacques Tourneur dans son film fantastique La féline... Enfin, chez Joe Dante et son film Hurlements, des femmes et des hommes réunis dans un lieu thérapeutique appelé « la Colonie » se révèlent être tous, en réalité, des loups-garous.

La-mouche.jpg 
La mouche de David Cronenberg 
Distr. : 20th Century Fox - 1986 - Interdit aux - de 12 ans
Remake du film La mouche noire de Kurt Neumann sorti en 1958, La mouche raconte l'histoire d'une expérience qui tourne mal. Seth Brundle (Jeff Goldum) expérimente la télé-transportation. Il est suivi dans ses recherches par la journaliste Véronica Quaife (Geena Davis) dont il tombe follement amoureux. Un soir, un peu saoul, il tente l'impensable, se télé-transporter lui-même. Mais durant l'expérience, une mouche s'est introduite avec lui dans le caisson...
  
Chacune de ces fictions apporte sa propre définition de la métamorphose, irrite la rétine ou soulève le cœur  - et si on se permet d’aller plus loin que les effets visuels remarquables pour l’époque qui les a vus naître - des questions d’ordre éthique, psychanalytique, éthologique… Ces fictions d’ailleurs introduisent elles-mêmes la propre explication aux transformations que subissent leurs protagonistes ou l’environnement dans lequel ils évoluent, comme une mise en abîme ou un avertissement. On apprend ainsi que le loup-garou représenterait en fait au regard de la psychanalyse une forme métaphorisée des pulsions incontrôlées : l’homme  réduit à son état le plus primitif serait l’expression d’une forme archaïque de la conscience... Le Juda, tout en étant une forme de vie "mutante", conserve le comportement de l’insecte dont il est issu. Grégaire, il cherche à se reproduire et pour se protéger, montre un instinct de survie comparable à n’importe quel insecte en danger dans son environnement : sans conscience, rapide, brutal….  Dans le film de Cronenberg, le scientifique Seth Brundle  va périr sous le coup de son orgueil. Il scelle son destin au moment où il décide de devenir son propre cobaye, balayant d’un seul geste ses premières craintes, à la fois grisé par son propre pouvoir divin et son enthousiasme aveugle de chercheur.  Et, c’est en suivant la description chirurgicale que fait le réalisateur des différentes étapes de sa mutation et qui atteint son paroxysme quand la tête de notre héros est arrachée faisant place à une forme bizarre aux yeux globuleux et poilus, qu’on se demande : Pourquoi ? Est-ce qu’on doit manipuler le vivant parce qu’on le peut ?

Mimic.jpg 
Mimic de Guillermo del Torro (USA)
Distr : Dimension Film / Miramax Film - 1997
New York. Susan Tyler (Mira Sorvino), une brillante entomologiste et généticienne et son mari Peter Mann (Jeremy Northam)  conçoivent une espèce nouvelle d’insectes afin de décimer la population des cafards ordinaires responsables de la mortalité foudroyante des enfants. Conçu stérile et programmé pour ne durer que très peu de temps, le "Juda", trois ans après la fin de la maladie, réapparait dans les égouts de la ville…

Le film de J. Tourneur est quant à lui complexe à mes yeux. Difficile en effet de déterminer avec assurance s’il s’agit d’illustrer, grâce à une mise en scène subtile et des effets spéciaux inédits, la cruelle malédiction qui pèse sur les jolies épaules d’Irena Dubrovna, d’évoquer une forme de folie ou de fragilité mentale, ou simplement de parler d’une manière poétique de la nature animale de la femme. Je crois cependant  que toute la force d’un sortilège réside dans le fait que sa victime y croit. Alors, y aurait-il eu suggestion au moment où notre héroïne croise le regard de la belle femme au visage de chat, regard qui envoûte pareillement le spectateur ? Est-ce parce que la jeune femme croit être de nature féline qu’elle devient une panthère ?

la-feline.jpg  
La féline de Jacques Tourneur (USA)
RKO - 1942
Kent Smith (Olivier Reed) et Irena Dubrovna (Simone Simon) se rencontrent dans un zoo. L'homme est immédiatement séduit par cette femme étrange.  Celle-ci ne cède pas facilement aux charmes du bel ingénieur. La jeune femme porte en effet un lourd secret qui perturbe sa vie amoureuse : elle doit éviter tout mouvement de jalousie, excès de colère ou sentiment de haine, au risque de se changer en panthère. Malgré cette excentricité, Kent la demande en mariage. Irena se refuse pourtant à lui et est envoyée consulter un psychiatre qui tente de la convaincre de sa normalité...
  
Je me suis fait un réel plaisir de revoir ses quatre films pour les besoins de mon étude des peurs liées au corps, tant d'un point de vue littéraire qu'artistique. Je m’intéresse notamment à ce qui fonde l’effroi face aux modifications visibles dont il fait l’objet volontairement ou non, et cherche à savoir ce qui crée la peur (le dégoût, l’horripilation et l’inquiétant.)  Bien plus, j’aime dans ces oeuvres la puissance des images, cette capacité du cinéma à donner corps à l’impossible, au merveilleux, ou à l’horreur : les combinaisons contre nature, le passage d’un genre à un autre, la putréfaction de la chair, les formes mutantes... Je suis également sensible aux idées qui me semblent les traverser, comme celle de  l’esprit triomphant sur le corps dans La féline, le ça sur le surmoi dans "Hurlements", le hasard et l’imprévisible damant le pion au sacro-saint savoir de la Science dans La Mouche ou Mimic… qui sont, pour moi, autant de facettes d’un même sujet : la condition humaine.

Hurlements.jpg  
Hurlements de Joe Dante (USA)
Distr. UGC Distribution - 1980 - Interdit aux - de 12 ans
Los Angeles. La journaliste Karen White (Dee wallace) accepte pour les besoins d’une enquête sur des meurtres sanglants, de rencontrer l’auteur présumé de ces crimes, un certain Eddie Quiest (Robert Picardo) dont elle reçoit régulièrement les appels.
La police qui s’est engagée à suivre sa trace la perd ; Karen se retrouve seule au lieu du rendez-vous, un minable Sex Shop.  Dans la cabine, Eddie lui révèle la fascination qu'il a pour elle et alors qu’elle s’attend à découvrir enfin son visage, elle ne perçoit qu’une ombre rugissante dont elle échappe de justesse. Traumatisée, elle part  à "la Colonie" se reposer sur les recommandations du docteur George Waggner (Patrick Macnee)...

Que dire finalement de cette « représentation » du corps à l’aune de ces quatre histoires ? Le corps n’est qu’une enveloppe fragile qui renferme une nature compliquée, en tension permanente, sur le qui-vive. Le corps humain n’a rien d’inviolable ou de sacré, il doit mourir et faire place à autre chose. Combinaison entre deux mondes voisins, il devient un monstre surhumain. Ensuite tout changement apporté à la nature des choses est dangereux et irréversible. Le  refus de l’homme face à sa propre monstruosité le condamne à la folie ou à la mort. Enfin, la supériorité de l’Homme semble mise en défaut.

Grand manipulateur du réel et laboratoire d’expériences intenses, le cinéma fantastique et d’horreur montre en accéléré les conséquences possibles ou fantasmées d’actions pas forcément perceptibles à l’échelle d’une vie. Plus le dégoût est grand, plus fort est l’impact et le message immédiat. En tout cas, pour ma part, je me suis demandé s’il ne s’agissait pas, à travers ces fictions, d’évoquer la finitude de la vie,  la peur de la mort, la névrose de la persécution présente en chacun de nous à des degrés divers, la peur de la manipulation et du destin et pour finir, la crainte collective de l’extinction de l’espèce humaine.  Bon, j’extrapole, mais tout cela ne me parait pas si dénué de fondement, non ?

© ema dée 

samedi 5 mai 2012

Le double souvenir ou La métamorphose de la Femme-gorille

" Je me souviens avoir assisté à une « métamorphose ». C’est vrai que dans la Nature, on ne la voit jamais, on constate le résultat. L’imagination fait le reste ou on regarde des documentaires pour se renseigner. Cette métamorphose, donc, je l’ai vue dans une fête foraine, c’était en région parisienne. Quand ? Je ne me le rappelle plus, par contre.

C’était en fait la toute première fois que j’allais dans une fête foraine. J’étais avec des copains et nous formions un groupe sympathique et bruyant dans les allées terreuses bordées d’attractions et de vitrines lumineuses. Nous voulions tout essayer avec nos trois francs six sous en poches, quitte à marchander un droit de passage gratis pour nos beaux yeux d’ados…  Je sortis de mon auto-tamponneuse avec des douleurs dans le cou et une haine vengeresse contre tous les chauffards qui m’étaient rentrés dedans…  Nous tentâmes ensuite ce qui pour moi représentait l’attraction suprême : le Grand 8. Nous en sortîmes en vrac, le cœur au bord des lèvres. A peine remis, et alors que  nous cherchions déjà à subir d’autres supplices,  comptant les sous qui nous restait pour nous payer un peu de frayeur supplémentaire-,  nous entendîmes :

« Venez voir l’épouvantable bête humaine. Elle est laide, elle est poilue, elle est sauvage… Venez voir la métamorphose d'une femme en singe… Serez-vous assez courageux pour supporter le regard et l'haleine de la Femme-gorille! »

Il y avait devant un  modeste chapiteau aux couleurs criardes, un petit bonhomme ventru qui gesticulait. Juché sur un escabeau et serré dans un costume impeccable, il haranguait les passants. Evidemment, je ris de concert avec mes amis, bien que l’idée de la transformation d’une femme en singe frappa mon imagination. Je la supposai immense, voutée, avec des mains gigantesques, la gueule écumante... On entra. A l'intérieur, l' espace était nu, la scène petite. Ca ne payait pas de mine, je commençai à regretter ma dépense.
On entendait le bonimenteur hurler, s’exciter, multiplier les qualificatifs…  Une foule de badauds, qui des enfants la tête engluée de barbe à papa, qui des adolescents goguenards, qui des adultes tranquilles seuls ou en couples, finit par se presser dans l’obscurité. On dut juger que nous étions en nombre suffisant, le spectacle commença. 

Un autre homme en costume arriva et d'une voix exagérément caverneuse nous présenta le spectacle. En rrrrrroulant les rrrrrr et les yeux en même temps, il nous promettait un grrrrrrand moment de frrrrrrisson. J’entendis des rires étouffés, incrédules. Et tout en faisant son show, il passait une baguette sur les barreaux d’une cage installée sur la scène, afin de nous montrer que derrière, nous observait la bête humaine. Enfin, c’était pas vraiment une bête, c’était une femme, pas très grande, qui se tenait debout. Ses mains et ses pieds étaient enchaînés par « prrrrrrrudence », ses longs cheveux lui masquaient un peu le visage et la pénombre nous empêchait de bien voir le reste de ses formes.

Apparemment satisfait de l’effet hypnotique que ses paroles avaient eu sur nous, le présentateur s’éclipsa. Nous nous retrouvâmes face à la femme prisonnière. On frappa sur un tambour. Bam ! Puis sur un autre. Bôm ! Puis sur un autre encore. Pâm ! Ces trois tambours donneraient donc la cadence du spectacle, car la femme, jusque là immobile, commença à bouger. Elle émettait par instant des sons bizarres et secouait les barreaux. Son corps fut pris de spasmes, elle tremblait.
Intriguée et excitée à la fois, je regardais partout craignant de manquer le clou du show. Je ne voyais qu’une femme qui entrait dans une transe de plus en plus violente. La fumée qui s’échappait de nulle part, par intermittence, gênait sciemment  ma vision.

Il y eut un cri : «  Ses jambes, mais regardez ses jambes !  Beurk !...» Je les regardai : elles se couvraient lentement de poils, puis ses cuisses s’assombrirent,  puis son ventre et ses bras. Et alors qu’elle se transformait, elle s’énervait, éructait... Les tambours  tapaient et tapaient de grands coups, vite, de plus en plus vite. J’eus l’impression qu’elle grandissait et de voir ses épaules s’affaisser et ses bras pendre anormalement.  Il faisait si chaud. Je n’avais d’ailleurs pas remarqué en entrant cette chaleur suffocante, ni cette odeur forte dans laquelle nous baignions, depuis combien de temps, au fait ?

La femme était à présent recouverte de poils, montrant un poitrail large de bête... Elle était parvenue à se débarrasser de ses entraves... Elle releva la tête, nous vîmes alors dans un rai de lumière, le faciès hideux et extraordinaire du primate. Et, d’un coup, on remonta sa cage. Je retins un couinement d’effroi. La femme libre, comme surprise, marqua un très court temps d’arrêt, nous fixa de tout son regard de bête féroce, poussa un cri terrible et se précipita sur nous, pleine de fureur. La barrière en métal installée entre la scène et le public, censée nous préserver, m' apparut dérisoire. Nous hurlâmes tous en même temps et nous précipitâmes en direction de la sortie, l’épouvante au cœur. Allait-elle nous suivre ? 

La lumière du dehors nous aveugla. Nous eûmes besoin de quelques minutes pour nous reprendre. A nouveau en sécurité, nous nous entreregardâmes.  Ma voisine se mit à rire, probablement les nerfs trop tendus.  Avions-nous bien vu ce que nous avions vu ?  Qu’avait-on cru voir ? Des gens nous observaient avec curiosité. On finit par se taper dans le dos, et puis rire, et soupirer, se persuadant les uns les autres que ce n’était que « trucage cinématographique ». En fait, on n’avait pas vraiment eu peur. On avait fait semblant… On avait payé…  Et, on n’était pas dupes, non… On n’était pas dupes. «  Ca n’existe pas une femme qui se change en singe. » finis- je par déclarer.

Quelqu’un dit : « On y retourne ? »  Une autre : « Je suis sûre que maintenant qu’on sait ce qui va se passer, on verra mieux le truc, parce qu’il y a un  truc, ça existe pas les femmes-gorilles ». On avait l’air d’y croire. Néanmoins personne ne bougea.  Au bout d’un moment, l’un de nous proposa d’aller s’acheter une glace, on n'émit aucune objection. Je crois qu’on était soulagés, en fait, parce qu’on avait été bien morts de trouille et qu’on n’était pas assez courageux pour revoir le spectacle. Des fois que le petit homme ventru serré dans son costume impeccable ou son acolyte, décident cette fois-là, de nous enfermer avec la Femme-gorille... 

Ecrire ce petit fragment de vie m'emplit sur le moment d'un sentiment curieux. Indescriptible. Je mis cela sur le compte de la nature de mon souvenir. Je commençais à l'époque à travailler sur mon projet de livre Peurs. Images et textes et je cherchais dans ma mémoire, des frayeurs ressenties à cause des animaux. Cette porte que j'ouvrais sur mon intimité d'ados crédule me gênait peut-être.
 
Quelques années après avoir écrit ce texte, j'ai assisté à une scène quasiment identique. C'est-à-dire, le chapiteau un peu cheap, le bonimenteur, la foule bigarrée et curieuse, la scène, la cage, l'ambiance sonore et l'atmosphère enfumée, sauf que je n'étais pas devant la cage et que dans la cage, ce n'était pas une vulgaire inconnue qui se transformait en bête mais bien une artiste célèbre dans le milieu du Spectacle fantaisiste. C'était une scène d'un film que j'ai vu en 2013 intitulé Cabaret paradis, réalisé et interprété par le couple d'humoristes français Shirley (Corinne Benizio) et Dino (Gilles Benizio). J'ai trouvé la coïncidence bizarre, je ne connaissais pas le film avant. 

En 2015, alors que je travaillais sur mon projet de création littéraire contemporaine sur la mémoire, l'abécédaire et les arbres, dans la cadre de ma formation en Master, je découvre les oeuvres de Georges Perec et en particulier, son livre, Je me souviens. Je retiens surtout de ce projet  l'idée de la relativité du souvenir. Avec la distance s'émoussent les contours des souvenirs, le point de vue changent du fait de l'âge et des rencontres, des découvertes de toutes natures ponctuent l'existence et modifient le regard pareillement, le souvenir pourtant précis dans la mémoire s'enrichit ou se complique alors d'éléments étrangers qui racontent en définitive une autre histoire, que l'esprit prend pour réelle. Et le souvenir - témoin d'un parcours de vie émotionnel, physique et mental - apparaît soudain, mais transformé, dans sa fantastique netteté ou sa fugacité à la faveur d'un détail, une odeur, un geste, un objet, une parole.

Ai-je bien vécu ce moment ? Ce moment m'appartient-il réellement ? J'ai pourtant la conviction intime d'avoir vécu personnellement ce moment d'épouvante à quatre sous. 
 
© ema dée