samedi 8 juillet 2017

Un dessin par jour : une expérience qui dure depuis plus d'un an !

Chères-s internautes,

Voici quelques retours pleins de mots et d'images sur une expérience de dessin journalier en work in progress qui a commencé en avril 2016.

Il y a un peu plus d'un an, sur les étals d'un petit commerce de proximité, je trouve une idée cachée dans un bloc cubique contenant des feuilles de papier blanc très fines et de format carré (dimensions 9 cm x 9 cm). 

Une idée cachée qui s'offrait à mon goût pour les expériences.

Il n'en fallut guère plus en effet pour déclencher en moi l'envie de me lancer dans un nouveau projet de création : le texte-image régulier, entre le work in progress, l'imagier, le dessin en série et la fiction quotidienne.

http://nsm07.casimages.com/img/2017/09/07//17090708014114387615259667.jpgUn principe de départ qui mettra cependant quelques mois avant de trouver sa forme, son rythme, ses thèmes, ses moyens d'expression et sa finalité : soutenir une production graphique et écrite qui arrive telle que, mais qui s'intègre dans un cadre pensé en amont, pour éviter de partir dans tous les sens.

Afin de solutionner l'épineux problème de ma recherche de perfectionnisme qui me fait hésiter, je me pose une contrainte fondamentale : ne rien jeter, ne rien effacer, le premier trait jeté sur la feuille doit être conservé, le dessin commencé quelle que soit sa qualité sera publié.

La colonne vertébrale de ce travail expérimental demeure mon intérêt pour les imagiers dont j'aime parler de temps en temps, selon différents angles : rencontre avec des auteurs illustrateurs créateurs d'imagiers (en général pour enfants), compte-rendu de journées de formation sur ce genre de livre inventaire, sélection de coups de cœur...

L'imagier est comme chacun(e) le sait, un type de livres réunissant des informations (iconographiques, textuelles) dans un ordre précis (alphabétique, numérique, thématique) et/ ou selon la sensibilité de l'auteur(e), d'une manière plus arbitraire. Il existe toutes sortes d'imagiers qui proposent des images en vis-à-vis ou des images accompagnées de textes. Depuis les jolis Albums du Père Castor aux graphismes colorés et plutôt réalistes ou les petits documentaires très pédagogiques édités par Gallimard et intitulés Mes premières découvertes associant dessins, photos, textes et jeux de manipulation, le genre a fait du chemin ;  il est devenu un véritable objet de création et d'invention pour les artistes.

Sa fonction principale reste cependant d'offrir aux jeunes enfants une sorte de "représentation" du monde qui les familiarise peu à peu avec la lecture et dont la présentation, les formes, les styles sont souvent dépendants des modes et des progrès sociétaux. L'origine du mot imagier est toutefois plus ancienne que la naissance de la Littérature de Jeunesse.

http://nsm07.casimages.com/img/2017/07/13//17071305443514387615147674.jpg 
* Sources : J.-M. Polese, Fleurs de montagne, Chamalières (Puy-de-Dôme) : Artémis éd. , 2003 et 
N. Machon et E. Motard (dir.), Sauvages de ma rue : guide des plantes sauvages des villes de France, Paris : Le Passage éd. , Muséum national d'histoire naturelle, 2012

Pour ma part, réunir textes et images dans des cycles graphiques qui suivent de près mes propres préoccupations artistiques, c'est m'amuser à organiser un petit chaos particulier et, en tout premier lieu, entretenir une douce folie : la collectionnite aiguë. J'y vois également un moyen ludique de me documenter* sur des sujets très divers.

J'offre ci-dessous une sorte de petit résumé en images de cette première période graphique et littéraire. Par delà, l'effet de pêle-mêle et d'inventaire d'éléments hétéroclites, s'exposent certaines de mes obsessions (le texte décalé, le dessin d'animaux, le personnage imaginaire, le trait noir et la couleur expressive).

http://nsm07.casimages.com/img/2017/09/07//17090708004814387615259665.jpg
 Cliquez sur l'image pour agrandir et pouvoir lire les textes plus aisément !

 C'est aussi expérimenter à ma façon :

1 - L'effet Koulechov (qui s'applique à l'origine au montage cinématographique) : chercher à faire émerger du sens grâce à la contiguïté des images (ou par "contamination sémantique"), provoquer des associations libres supplémentaires chez l'internaute.
2 - le rapport texte-image (à la base de la création des albums jeunesse et des bandes dessinées) : complémentarité, redondance ou décalage dans le but de produire un effet de surprise, un récit...

Qu'est-ce que vous raconte cette suite d'images ?

Un peu plus d'un an est passé donc, et chacun(e) venant se ressourcer, ici, sur ce blog créatif, aura pu suivre l'évolution à petits bonds et rebonds de ce projet baptisé Le Horlart à 1,99

La publication quotidienne sur Tumblr constitue la première étape de ce projet d'envergure qui s'étale sur deux ans et quelques mois. Ce sont des rendez-vous journaliers avec soi qui cependant tiennent compte de mes contingences professionnelles et personnelles. Cela explique pourquoi, parfois, l'image du jour voire les images de jours successifs arrivent avec un peu de retard.

Pour découvrir la présentation de la seconde étape de ce projet, le livre d'artiste, il faudra, chères-s internautes, s'armer de patience et de confiance !

© ema dée

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour votre visite. À bientôt !